Guide : 10 techniques de closing pour signer plus vite et plus souvent

Guide : 10 techniques de closing pour signer plus vite et plus souvent

Le closing est une étape essentielle dans le cycle de vente. Quand le moment de conclure et de signer le contrat est arrivé, il ne faut pas le laisser passer ! Retarder le closing, c'est le risque de voir le prospect changer d'avis quelques jours après. Comment transformer l'essai et mettre toutes les chances de votre côté ? Nous avons listé pour vous les 10 meilleures techniques de closing. Suivez ces conseils et à vous les signatures de contrat !

Au sommaire de ce guide :
1. Qu'est-ce que le closing
2. Comment bien closer une vente ?
3. 10 techniques de closing infaillibles
4. Quels outils pour closer une vente ?

Définition : qu'est-ce que le closing ?

Le closing est la conclusion de l'acte d'achat. En anglais, closer veut dire fermer. On peut traduire l'acte de closing par la fermeture d'une vente, dit autrement il s'agit de l'action de finaliser une vente avec son client, de lui faire signer le bon de commande. Le closing est la 6e et dernière étape du cycle de vente, après la négociation. Vous devez l'avoir toujours en tête pour être sûr de vendre.

Le cycle de vente se décompose en effet de la manière suivante :

  • La prospection (guide complet)
  • Le plan de découverte (guide complet)
  • L'entretien de vente et l'argumentation commerciale
  • Le traitement des objections
  • La négociation commerciale
  • Le closing

Le closing peut intervenir directement pendant l'entretien de vente si vous vendez en R-1 et en cycle très court, ou intervenir plusieurs jours ou semaines après un R-2 par exemple, le temps que le prospect ait pu prendre sa décision et valider les conditions contractuelles.

Comment faire du closing ?

Le closing est indispensable pour doubler vos ventes. Vous allez comprendre pourquoi.

Votre chiffre d'affaires potentiel = Nombre de prospects rencontrés x Taux de closing x Panier moyen

Votre taux de closing = Nombre de prospects signés / Nombre de prospects rencontrés x 100

Imaginez que vous avez signé 5 contrats en janvier après avoir rencontré 20 prospects. Votre taux de closing est de 25 %, c'est-à-dire que vous signez environ un quart de vos affaires.

Pour augmenter votre chiffre d'affaires, vous avez deux options. L'approche quantitative, où vous rencontrez plus de prospects chaque jour en début d'entonnoir, pour avoir plus d'affaires dans votre portefeuille et pouvoir en signer plus. L'approche qualitative, où vous augmentez votre taux de signature du nombre d'affaires ou votre panier moyen. L'intérêt du commercial est évidemment de travailler sur chacun des deux axes, à la fois de fournir du rythme et du volume et de peaufiner sa technique pour signer à tous les coups et des deals plus gros. Maintenant, vous comprenez l'importance des techniques de closing.

Conseils aux directions commerciales

Il est important de de suivre le taux de closing de la force de vente et de chaque commercial. D'un part, pour pouvoir réaliser un prévisionnel commercial correct et définir les bons objectifs et quotas commerciaux de l'année. D'autre part, pour aider l'équipe à progresser et à signer plus d'affaires. Pour cela, vous pouvez reprendre le calcul évoqué plus haut dans un excel ou dans votre CRM.

10 techniques pour closer efficacement

1. En amont, bien préparer le closing

Dans la vente comme dans le sport, tout se joue dans la préparation. On parle souvent chez Uptoo de la loi du 70 - 30 : le closing c'est 70 % de préparation et 30 % de pratique. Plus vous êtes préparé et vous anticipez le closing tout au long du cycle de vente, plus vous êtes serein pour signer. Et pour cela, vous devez avoir bien réussi les étapes préliminaires du cycle de vente, à savoir la découverte et l'argumentaire commercial.

Poser les bonnes questions

Les meilleurs closers le savent, le plan de découverte se déroule tout au long du cycle de vente. Vous devez poser et même reposer vos questions à chaque échange avec votre prospect, pour être sûr de connaître parfaitement le contexte et le besoin. Il existe plusieurs méthodes de découverte (MEDDIC, BEBEDC, FARP...) mais selon nous, la plus efficace reste le BEBEDC :

  • Besoin : quel est le besoin technique et fonctionnel ? quel est le contexte actuel ?
  • Enjeux : dans quel cadre s'inscrit cet achat ? si on prend de la hauteur, quel est l'objectif final ?
  • Budget : quelle est l'enveloppe allouée au projet et la marge de manoeuvre ?
  • Échéances : quelles sont les jalons attendus ? Y a-t-il des urgences ? Des délais de livraison ?
  • Décideur : qui décide vraiment et n'aura aucune opposition ?
  • Concurrence : qui est face à vous et avec quel type de proposition ?

Les dernières études sur la vente ont montré que moins les commerciaux parlaient pendant l'entretien de vente - et faisaient preuve d'écoute active - plus les chances de signer étaient élevées. Pour votre rendez-vous de demain, essayez de ne pas parler ;)

La méthode CAP SONCAS

Pour cela, rien de plus efficace que la méthode CAP SONCAS qui permet d'adapter son argumentaire commercial aux besoins et motivations de votre client. Avec la grille SONCASE, vous pourrez cibler les principaux ressorts psychologiques du prospect et en déterminer une typologie. Puis la grille de lecture CAP vous permettra de définir les caractéristiques et les avantages du produit, et d'en apporter la preuve.

En d'autres termes, vous évitez les points bloquants et les objections en parlant à votre prospect de ce qui le motive réellement et en lui apportant des preuves solides de votre valeur ajoutée. C'est la meilleure technique pour signer en douceur !

Pour aller plus loin

Maîtriser le BEBEDC et la découverte

Maîtriser le CAP SONCAS et signer 2x plus

Les secrets de closing des street fundraiseurs

2. Pendant l'entretien, reconnaître les signaux

Pendant la phase des négociations, l'enjeu est de lancer le closing au bon moment. Pour cela, il peut être utile de savoir repérer les signaux d'achat chez le prospect. Ils peuvent se manifester de plusieurs façons et montrent que le closing est proche.

Communication non verbale

Le prospect hoche la tête, il prend le produit en main, son attitude est ouverte (il ne croise pas les bras ou les jambes, son visage est détendu et souriant, etc.).

Questions de détails sur les caractéristiques de l'offre

Le prospect pose des questions sur des détails de l'offre, il prouve ainsi qu'il est réellement intéressé par le produit.

Réflexion sur l'utilisation du produit

Une réflexion sur l'utilisation future du produit ou du service montre que le prospect se projette dans l'avenir.

Un silence

Un long silence peut suivre un échange, après votre réponse à la dernière objection du prospect. Cela laisse penser que votre réponse le fait réfléchir. C'est alors à vous de mettre fin au silence en l'invitant à conclure la vente.

Invitation à entrer en négociation

Si le prospect fait la demande d'une concession ou d'un geste de votre part, cela montre bien qu'il est intéressé.

Tous ces signaux sont à détecter. Avec l'expérience des négociations commerciales, vous arriverez facilement à les repérer, et vous saurez que le moment du closing est arrivé.

Bon à savoir

Dans 90 % des cas, l'objection du prix n'est pas une objection réelle. N'hésitez pas à consulter notre article sur les objections commerciales :

7 techniques pour vaincre l'objection « C'est trop cher »

14 réponses pour traiter l’objection « J'ai pas le temps »

3 techniques pour closer à tous les coups

3. Pratiquez l'écoute active

Le client hésite. Pour conclure plus vite, demandez-lui tout simplement ce qui le fait douter. Précisément, tentez d'éclaircir les points suivants :

Qu'est-ce qui l'empêche d'acheter votre produit/solution aujourd'hui ?

Cette question vous permet rapidement de soulever d'éventuels points de blocage. Le plus tôt est le mieux pour tenter de les lever.

Quels sont les éléments susceptibles de le convaincre ?

Vous inversez les rôles et retournez habilement la situation à votre avantage. Le prospect vous sert alors sur un plateau les meilleurs arguments pour le convaincre.

Votre offre répond-elle à son problème ?

Si l'offre et ses avantages pour le client ont été correctement démontrés, la réponse sera oui.

La question « Que fait-on ? »

Cette question est une question ouverte. Idéalement posée après un temps de silence, un temps de réflexion, elle a le mérite de forcer la main du prospect, en lui donnant la parole.

Là encore, si le travail d'argumentation a été mené correctement en amont, cette question amènera le client à y répondre en signant. Si la question « que fait-on ? » vous semble un peu trop directe, vous pouvez opter pour sa version plus subtile : « où en êtes-vous dans votre prise de décision ? ».

4. Dressez un bilan

Quand le prospect montre des signes d'hésitation, faites le point sur les caractéristiques de votre offre. Cette méthode peut être particulièrement utile pour clarifier le discours commercial et conclure plus facilement. En synthétisant, le but est de clarifier la situation dans l'esprit de votre client, aussi bien sur le contenu de votre offre que sur les bénéfices qu'il en peut en retirer.

En reprenant l'ensemble de l'offre, vous lui exposez de façon logique tout l'intérêt qu'elle représente pour lui. De cette façon, vous arrivez très naturellement à un accord.

5. Mettez une bonne pression

Cette technique consiste à visualiser les bénéfices futurs, du point de vue de votre prospect. En effet, cette pression s'appuie directement sur les intérêts du client. Pour cela, il vous est nécessaire d'avoir identifié les bénéfices uniques et spécifiques qu'il retirera de votre offre. Ce qui signifie que vous devez parfaitement le connaître.

6. Jouez sur l'urgence

Votre client hésite toujours. Faites-lui sentir que le temps est compté. Donnez à votre offre une date limite. S'il tarde trop à se décider, elle ne sera plus disponible. Votre offre gagne ainsi en valeur, car elle devient rare. Suffisamment pour forcer la main du client. Le « c'est maintenant ou jamais ! » peut porter ses fruits et prendre le pas sur le temps de réflexion.

7. Donnez une alternative

Cette technique propose de laisser au client le choix entre plusieurs possibilités. L'option qui lui est présentée renforce les chances d'obtenir un accord définitif, car la question posée induit de faire un choix, et par conséquent de donner une réponse.

Exemple

Vous êtes commercial dans une concession automobile et vous tentez de conclure une vente pour une flotte de véhicules utilitaires. Votre client potentiel, après avoir donné un accord de principe, hésite. Vous lui proposez alors de choisir entre deux options pour les modèles retenus. Votre prospect avance un choix, c’est le premier pas vers la signature finale.

8. Donnez un enjeu intermédiaire

De façon assez similaire à la technique précédente, cette méthode consiste à tenter d'obtenir l'accord sur un détail, un point particulier, première étape vers un accord global par la suite.

Exemple

Votre prospect hésite encore quant aux véhicules utilitaires que vous voulez lui vendre. Vous obtenez dans un premier temps son accord sur le délai de paiement. Ou sur un point relevant des contrats d’entretien. Un premier accord est également un premier pas vers une signature définitive.

9. Créez la surprise

Au dernier moment, vous sortez un avantage supplémentaire. C'est souvent ce qui peut marquer la différence et faire pencher la balance quand le prospect hésite. Cela peut être :

  • une remise supplémentaire,
  • des bonus incitatifs ciblés qui vont augmenter la valeur perçue ou diminuer le prix total (un coût de livraison offert, une extension de garantie...). Ils sont subjectifs et dépendent de l'analyse de la typologie du client établie en amont,
  • la négociation d'une concession en contrepartie d'un achat immédiat.

Ces offres peuvent avoir une valeur de cadeau aux yeux du prospect et augmenter les chances de signature du contrat.

Exemple

Votre client hésite mais vous sentez qu'il manque peu de chose pour faire pencher la balance du bon côté. Vous lui proposez un avantage supplémentaire, qui n'était pas prévu mais vous pouvez faire ce geste en sa faveur : vous lui offrez une remise sur le futur marquage publicitaire (grâce à votre partenariat avec une entreprise d'impression). Le bonus incitatif s'ajoute à la visualisation future du produit. Double effet qui conduit à la signature du contrat de vente.

10. Jouez la carte de l'excuse

Enfin, cette dernière technique est à tenter quand la vente semble avoir échoué. C'est en quelque sorte la carte de la dernière chance. Présentez vos excuses au client, pour ne pas avoir réussi à répondre à ses attentes et ses besoins.

En le faisant ainsi un peu culpabiliser, vous le poussez à prendre sur lui une part des responsabilités. Car il est probable qu'à cet instant il avoue les réelles causes de son refus. C'est le bon moment pour reprendre les discussions, sur un terrain neuf et franc !

Cependant, cette dernière technique est à utiliser avec discernement. Pensez à soigner votre posture commerciale et gardez à l'esprit que vous devrez toujours préserver une bonne relation client.

5 outils de closing indispensables

Les outils d'aide à la vente ont explosé depuis quelques années. Si vous avez une difficulté, il est fort probable qu'il existe aujourd'hui un logiciel qui vous permette de vous faciliter la tâche. C'est le cas pour le closing et nous avons mis ici les outils issus de notre guide sur les 100 meilleurs outils de la vente :

  • Tilkee : une plateforme made in France qui suit l'interaction de votre client avec votre proposition commerciale et vous donne des informations essentielles sur ses intérêts, ses points bloquants, etc.
  • Yousign : une plateforme made in France de e-signature qui accélère la conclusion de vos contrats en réduisant les délais et les retours autour du contrat.
  • Hubspot : un logiciel de CRM et d'aide à la vente qui fonctionne très bien pour les PME et offre plusieurs fonctionnalités de suivi de document, de gestion de devis, de signature électronique, de rappel, etc. Un must have !
  • Modjo : un outil puissant made in France d'enregistrement d'appels et d'analyse conversationnelle pour s'auto-former en tant que commercial et pour coacher ses équipes en tant que manager. Des résultats bluffants sur les changements de pratique.
  • Tableau : un logiciel d'analyse et de business intelligence ultra intuitif pour suivre le taux de closing de votre équipe et de chacun des membres de l'équipe. En plus de tous les autres indicateurs clés de performances commerciales.

Le closing est l'étape finale du processus de vente. Si toutes les étapes ont été correctement menées en amont, depuis la préparation des négociations, d'autres facteurs de décision entrent en ligne de compte. Le plus chevronné des commerciaux peut se heurter à un client qui hésite. À vous de ne pas laisser passer le closing et de faire preuve de flair ! Heureusement, avec toutes ces cartes dans votre manche, vous êtes maintenant prêt à conclure vos ventes avec succès !

Pour résumer

Qu'est-ce qu'un closer ?

Le closer est un nouveau métier de l'univers de la vente. Jusqu'à présent, les vendeurs maîtrisaient 100 % du cycle de vente, c'est-à-dire de la prospection à la signature du deal. Mais avec la complexification de la vente, les entreprises ont commencé à spécialiser les vendeurs dans un métier spécifique. Pour améliorer les performances de chacun des étapes du cycle de vente, une personne est dédiée : un Sales Develoment Representative s'occupe de chasser de nouveaux prospects, un Account Executive s'occupe de closer le prospect et un Customer Sucess Manager s'occupe de l'élevage et de la fidélisation du compte.

Comment devenir un closer ? Quelle formation closing ?

Pour devenir un closer, vous devez vous former au métier. Il existe des formations génériques au métier de commercial qui vous apprennent toutes les clés de la vente du début à la fin, et des formations spécifiques au closing qui se concentrent sur cette étape. Nous vous recommandons également de vous former au social selling, qui va devenir un indispensable dans les années à venir.

Comment traduire closing en français ? Quelle traduction de l'anglais ?

Le mot closing se traduit par fermeture en français. Le closing peut littéralement être traduit par la fermeture d'une vente, ou en bon français, l'acte de conclure une vente.

Auditez vos process commerciaux

Rapide et gratuit.

Benchmarkez votre méthode de vente et décelez en quelques minutes de nouveaux leviers de productivité à exploiter dans votre équipe.

Auditez vos process commerciaux